Un déjeuner d’exception à la Grande Cascade

La Grande Cascade, c’est une institution sur Paris. Un de ces restaurants étoilés un peu guindé, qui peut paraître un peu effrayant de premier abord. Que nenni, un souffle nouveau a dépoussiéré cette vieille maison et une cuisine pleine de fraîcheur, de modernité et de raffinement a ravivé le lieu.
Reprenons  au début : avant d’être un restaurant gastronomique, la Grande Cascade était à l’origine un lieu de halte pour Napoléon III qui venait au Bois de Boulogne pour chasser.
Le pavillon a su conserver son style empire qui lui donne un côté légèrement désuet mais extrêmement élégant: dorures, chandeliers et miroirs offrent un charme certain à ce pavillon qui a conservé toute sa splendeur d’époque. La Grande Cascade, c’est un monument hors mode, avec ses airs éternels de pavillon Belle Epoque.

salle de la grande cascade

Bien installés sous la rotonde, face à la baie vitrée qui malheureusement ce jour là nous montrait un bien triste temps d’automne, nous consultons avec attention la carte.
Plusieurs menus sont proposés, dont actuellement le menu « retour de la chasse » qui est original et délicieux.

En amuse-bouche, un maki de légumes et poisson cru et un velouté de potimarron avec une chips au mais : c’est très bon et laisse présager de belles choses pour la suite.

amuses bouche

Mes queues de langoustines saisies à la plancha, agnolotti de potimarron et kumquat baignent dans un bouillon à la citronnelle, c’est un délice : c’est fin, c’est raffiné, c’est plein de saveurs et l’ensemble se marie à la perfection.

Queues de langoustine

Les noix de saint jacques sur leur lit de poireaux saupoudrées de copeaux de truffe noire sont excellentes : la cuisson est parfaitement maîtrisée, les saint jacques sont tendres et fermes à la fois, c’est un bonheur. Mon seul bémol, les truffes n’étaient pas très parfumées, c’est bien dommage.

noix de saint jacques aux truffes

En dessert, j’ai goûté le duo de chocolat de Madong et cerises amarena, un genre de foret noire revisitée: c’est très fin, une texture agréable, un goût intense de chocolat, j’ai beaucoup aimé.

duo chocolat

Mais mon gros coup de cœur va au  » texture tour chocolat grand cru de la République Dominicaine », un dessert pour les amoureux du chocolat, c’est un pur délice!
Il n’y a pas moins de 3 desserts au chocolat à la carte et la petite note sucrée qui clos ce délicieux repas est également au chocolat: une boule praliné-orange et une crème légère chocolat-mascarpone.

petites douceurs pour conclure

Frédéric Robert, le chef de la Grande Cascade, propose une cuisine raffinée, pleine de saveurs et transforme avec finesse des mets nobles et d’une extrême qualité.

Le personnel de salle est jeune, efficace, dynamique, affable et souriant : on discute, on plaisante et bien que le service soit tiré à quatre épingles, il n’y a pas à dire, l’ambiance est bien sympathique.

Déjeuner à la Grande Cascade, c’est vivre un moment d’exception, un peu hors du temps, loin de Paris (et pourtant tout près) et c’est bien agréable. Je ne peux que vous le conseiller, quant à moi j’ai bien envie d’y retourner aux beaux jours pour découvrir la magnifique terrasse.

Infos pratiques
Menu retour de la chasse : 120 euros
Entrées et plats : de 60 à 80 euros
Desserts à 25euros 

La Grande Cascade
Allée de Longchamp – bois de Boulogne
75016 Paris

Publicités
Comments
3 Responses to “Un déjeuner d’exception à la Grande Cascade”
  1. Cela donne vraiment envie d’y aller. Il faut juste que je fasse quelques économies 🙂

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] il faut dire que le laïus de Gilles Pudlowski sur la cuisine du chef Frédéric Bidault, ex – Grande Cascade et ex Lasserre, ne m’a pas laissé indifférente bien au […]



%d blogueurs aiment cette page :