De trop grandes espérances dans le Mini-Palais ?

Bon, je crois que tout est dit dans le titre, j’ai été extrêmement déçue par mon dîner au Mini-Palais.
J’avais déjà évoqué ce lieu que j’adore, et il n’est pas rare de m’y trouver l’été installée en terrasse à l’ heure de l’apéro : l’endroit est splendide, complètement atypique, une petite bulle à deux pas des Champs-Elysées. A chaque fois, j’ai été enchantée de ma visite et j’avais très envie de venir y dîner, d’autant plus que la carte est conçue par Eric Frechon, le chef triplement étoilé du Bristol.

En ce qui concerne le cadre, il n’y a rien à dire, la salle est splendide, des statuts le long des murs rappellent le lieu où nous nous trouvons, la lumière est agréable, les tables sont bien espacées, le service est au petit soin.

mini palais  mini palais

C’est dans l’assiette que tout se gâte : tout avait bien commencé avec une gougère au comté et à la fleur de sel qui était succulente, une cuisson parfaite, un goût bien prononcé de comté, quelques cristaux de sel, c’est un délice !

gougère au comté

Petite faim du soir, on se partage en entrée une boite de sardines : elles sont très bonnes, légèrement huilée, petites on ne sent pas les arrêtes et le sel aux algues qui accompagne le pain légèrement grillé est addictif, on ne peut résister !

sardines

Arrive les plats et là tout mon enthousiasme s’en est allé : j’avais choisi le saumon d’écosse au tandoori, choux vert au gingembre et citronnelle. Déjà, à l’aspect, autant vous dire que je n’avais pas l’eau à la bouche : un boudin de saumon, pas très appétissant, accompagné de quelques feuilles de choux verts. Je ne m’attendais pas à ce que le saumon est cet aspect.

saumon tandoori chou gingembre

Et sinon au goût, c’était comment ? c’était pas terrible, pas beaucoup de goût alors que tandoori s’associe dans mon esprit à « épices », « saveurs », « parfums » : on était très loin du parfumé et du savoureux, c’était plutôt insipide et en plus il était tiède, autant dire froid 5 minutes plus tard. Je n’ai pas terminé mon assiette, je n’ai pas du tout apprécié ce plat. Le choux quant à lui était bon, mais un peu chiche la portion, 3 feuilles qui se battaient en duels. Il semblerait que ce soit le cas pour les autres plats, si on jette un œil sur l’assiette d’à côté, la faisane au jus, plutôt coriace sous la dent, était accompagnée de 2 cuillerées de mousseline de patate douce au foie gras !!!

faisane purée de patate douce

En dessert, on se partage un clafoutis aux poires et amandes, glace caramel : la glace est délicieuse mais le clafoutis étant super chaud, elle fond à vue d’œil. Le clafoutis n’est pas mauvais mais rien de transcendent non plus.

clafoutis poire amandes

J’avais beaucoup d’espoir dans ce diner, je me faisais une joie de revenir dans ce lieu que j’apprécie énormément mais au final j’ai été très déçue : le cadre compte beaucoup dans l’ambiance d’un repas mais l’assiette reste quand même l’essentiel et malheureusement elle n’était pas au rendez-vous. Il ne suffit pas d’apposer le nom d’un chef étoilé sur une carte pour que ce soit un gage de qualité, et tout me laisse penser qu’Eric Frechon n’a pas remis les pieds dans la cuisine du Mini-Palais depuis fort longtemps, c’est bien dommage !
Je ne retenterai pas l’expérience pour un dîner d’autant que les prix sont quant à eux plutôt salés, je maintiendrai ce lieu pour un apéro estival.

Infos complémentaires

Carte du mini palais
Prix : plats entre 22 et 40 euros

Mini Palais
3, Avenue Winston Churchill
75008 Paris 

Publicités
Comments
2 Responses to “De trop grandes espérances dans le Mini-Palais ?”
  1. Aurelie dit :

    Suis tout à fait d’accord avec toi, j’y ai diné une fois et n’y suis pas retournée! J’adore le cadre mais la cuisine n’est pas à la hauteur…du cadre et des prix!

  2. Fabrice Ivara dit :

    Je ne comprends pas que des grands chefs puissent être autant à la rue quand ils sortent de leur cuisine 3*. Je trouve leurs concepts souvent old school (Gaya, Bouquinistes), trop chers ou encore à côté de la plaque (Terroir parisien).
    La jeune garde parisienne est encore largement au dessus quand elle décide de décliner (je pense à Clamato ou à Caillebotte par exemple).

%d blogueurs aiment cette page :