Eugène, quand la pâtisserie devient accessible pour les diabétiques – Paris 17ème

Début décembre, c’est une pâtisserie d’un nouveau genre qui a ouvert ses portes dans le 17ème. En effet, Eugène a réussi le pari un peu fou de proposer toute une gamme de pâtisseries allégées en sucre tout en conservant le goût et le plaisir. Un défi à réaliser pour les 2 acolytes fondateurs d’Eugène, Christophe Eugène Touchet, diabétique amateur de desserts et de Luc Baudin, pâtissier chocolatier auteur d’une thèse sur le diabète, rapprochés par l’idée commune que le diabète touche 3 millions de français, soit 3 millions de personnes qui n’ont pas le bonheur de déguster des douceurs.

EUGENE

Copyright Eugène

Ensemble et épaulés par des diététiciens, ils ont imaginé une gamme de produits originaux et savoureux : gâteaux, tartelettes, brioches, galette des rois, pain, biscuits…
Une offre complète dont l’unique leitmotiv est de diminuer le sucre de 50% tout en conservant la gourmandise des pâtisseries traditionnelles.

viennoiseries pâtisseries

De premier abord, rien ne laisse supposer que les pâtisseries sont allégées en sucre : gourmandes, colorées, parfumées … tout donne envie.
Comment font-ils ? il y a de nombreuses astuces : remplacer le sucre par du sirop d’agave ou du fructose, jouer avec les fruits, la vanille, les épices pour donner encore plus de goût aux produits, des fibres solubles pour la satiété, huile de pépin de fruits pour remplacer le beurre, utilisation de thé vert et de cannelle pour faire baisser le taux de glycémie.

Il a fallu une année de recherche et des dizaines d’essais de recettes pour aboutir à avoir une gamme cohérente, harmonieuse et gourmande.
Toutes les créations d’Eugène sont systématiquement accompagnées d’une information nutritionnelle. Elles sont conçues pour répondre aux besoins des personnes diabétiques ou en surpoids mais aussi aux exigences de tous les consommateurs en quête d’authenticité, de transparence et de bien-être.

Malheureusement, toutes les pâtisseries ne peuvent pas être dépourvues de sucre telles le macaron. Ils ont donc décidé de ne pas proposer ces pâtisseries qui n’entrent pas dans leur démarche afin de rester cohérent avec leur concept.

Maintenant que vous savez tout sur le concept, passons à la dégustation. J’ai choisi une tarte au citron, le grand choc et un entremet à la framboise (oui je sais ce n’est pas la saison)

 Grand choc

Grand choc

Le grand choc, je crois que c’était la bûche, même si je ne m’en suis pas vraiment doutée, j’aurais dit un entremet chocolat. Composé d’une mousse au chocolat, d’une couche praliné, d’un biscuit au cacao et enrobé d’un glaçage aux éclats d’amandes, c’est un délice. Un goût prononcé de chocolat, un juste dosage de sucre, une texture aérienne, je suis fan!

 Tarte au citron Tarte au citron

La tarte au citron est très jolie, un dôme de citron surmonté d’une meringue légère et non sucrée, le tout décoré d’un disque de chocolat blanc citronné. C’est vraiment très acidulé, pour les amateurs de citron. La pâte à tarte est bien biscuitée, la crème est onctueuse, une belle tarte au citron.

Tarte à la framboise Tarte à la framboise

Et le petit dernier, la tarte à la framboise m’a également beaucoup plu. Une base genre financier, une crème framboise surmontée d’un disque de chocolat blanc : c’est délicat, équilibré, parfumé et fruité, encore une jolie réussite.

Il n’y a pas à dire, ces pâtisseries n’ont pas à rougir face aux pâtisseries traditionnelles. Nous avons été emballés : du goût, des parfums, de la texture et de la gourmandise. En plus, pour ne rien gâcher, les prix sont très raisonnables.
C’est certain que j’ y retournerai, j’ai entendu dire que le Saint-Honoré est à tomber. 

Infos complémentaires
Prix des pâtisseries individuelles: entre 3,20€ et 3,8€ la pâtisserie

Eugène
11, rue Guillaume Tell

75017

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :