Financiers au chocolat de Jean-Paul Hévin

Cette recette de financiers est un de mes grands classiques. Elle n’a rien à voir avec les autres recettes de financiers, elle a cette touche en plus, ce quelque chose de Jean-Paul Hévin. Pas de cacao dans ces financiers, mais une ganache au chocolat qui leur donne du fondant et un puissant goût de chocolat. Ils sont absolument divins, et une fois que vous y aurez goûté, vous ne pourrez plus vous en passer.
Le petit truc qui les rend irrésistible: les sous cuire, pour qu’ils soient bien fondants.

Ingrédients

  • 150 g de chocolat noir (entre 64 et 70%) en morceaux

  • 150 g de crème fleurette entière

  • 55 g de sucre glace

  • 60 g de beurre

  • 40 g de farine

  • 40 g d’amandes en poudre

  • 1/2 cuillère à café de levure chimique
  • 110 g de blancs d’oeuf (environ 4 selon leur calibre)

Porter la crème à ébullition puis la verser en trois fois sur le chocolat afin d’obtenir une crème lisse et brillante. Mettre de côté
Mélanger la farine au sucre glace, aux amandes et à la levure chimique.
Sur feu doux faire fondre le beurre jusqu’à ce qu’il blondisse et émane une lègère odeur de noisette. Le verser dans un autre récipient pour arrêter la cuisson
Préchauffer le four à 170°C.
Avec une fourchette fouetter légèrement les blancs d’oeuf sans les monter puis les incorporer au mélange farine-amandes-sucre glace.
Incorporer ensuite délicatement le beurre tout en mélangeant. Enfin ajouter doucement la ganache et mélanger doucement
Remplir des moules individuels en silicone.
Cuire à 170°C pendant 15 minutes. Laisser refroidir puis démouler

Publicités
Comments
4 Responses to “Financiers au chocolat de Jean-Paul Hévin”
  1. Mercotte dit :

    sûr qu’avec une telle ganache ils doivent être excellents, je note précieusement la recette !

  2. Deborah dit :

    Il faut vraiment que je trouve une occasion de les tester !

  3. Une porte sur deux continents dit :

    Excellente idée la ganache au chocolat et merci pour le truc de les sous cuire. C’est vrai que c’est important de garder tout le fondant, c’est ce qui fait toute la différence !

  4. J’en pique un au passage 😉

%d blogueurs aiment cette page :